C’est un fait. Les #Mooc révolutionnent en profondeur #l’apprentissage et la #formation professionnelle. Mais ils pourraient encore davantage séduire les apprenants en misant encore plus sur la personnalisation et l’intelligence artificielle.

La prise en compte de la motivation de l’apprenant

Peu de participants à des Mooc suivent l’intégralité d’un cours. En réalité, ils sélectionnent souvent les parties qui leur sont utiles, ou bien suivent un cours dans le désordre alors que d’autres optent pour une posture plus consumériste en ne regardant que quelques vidéos.

Des sessions très courtes

Un #apprentissage efficace nécessite des unités brèves pouvant être utilisées indépendamment les unes des autres afin de pouvoir concilier les moments disponibles pour l’apprentissage et les contraintes de la vie professionnelle. Le format vidéo s’est imposé comme le format principal pour offrir un contenu de micro-learning. Les recherches ont confirmé le besoin d’unités brèves : les apprenants ne regardent pas les vidéos de plus de trois minutes dans leur intégralité.
Une expérience d’apprentissage mobile
Si les apprenants doivent être en mesure de vivre leur parcours d’apprentissage où et quand ils l’entendent, il est essentiel de proposer une bonne expérience d’apprentissage mobile. Cependant, seul 12 % du contenu de formation d’entreprise est « mobile » ; alors que 77 % des français âgés de 18 à 75 ans déclarent posséder un smartphone, 49 % l’utilisant dans les transports en commun et 42% s’en servant pour envoyer des mails professionnels (enquête Deloitte 2016). Si l’apprentissage est censé être source d’efficacité au travail, alors l’expérience d’apprentissage doit s’adapter à la façon dont les gens travaillent et non l’inverse.
Une dimension sociale
De manière générale, la dimension sociale n’existe pas dans le cadre de l’#e-learning traditionnel.
Le jeu pour apprendre en s’amusant
Beaucoup de plateformes de Mooc utilisent les mécanismes de la gamification, du moins jusqu’à un certain point