Plan

Une question récurrente

1Le design comme l’ingénierie pédagogiques (IP) ont été une préoccupation constante, mais aussi essentielle pour la formation à distance (FAD). La mise à distance, la rupture spatio-temporelle du processus d’enseignement et d’apprentissage, impose aux concepteurs et aux enseignants plusieurs contraintes. La première est l’obligation de planifier, d’organiser et de prévoir toutes les activités d’enseignement et d’apprentissage sur toute la durée du cours. Il faut donc à la fois un scénario global et un scénario particulier pour chacune des activités de celui-ci. La seconde, liée au fait d’ « enseigner en différé » (Peraya, 1994, p. 148), est celle de la médiatisation, de la mise en médias des ressources et, progressivement, des activités d’apprentissage, puis du dispositif de formation. De plus, le développement de la formation à distance a toujours été lié à celui des technologies de l’information et de la communication et, en même temps, à des formes d’organisation de type industriel. Rappelons que la vente des cours de sténographie, qui est considérée comme l’origine de la formation à distance, de et par I. Pitman en 1840 a été rendue possible par l’invention en Angleterre du timbre-poste, par le développement de services postaux fiables (le système de diffusion), mais aussi par l’invention d’un papier de bonne qualité et bon marché (le support de stockage de l’information) (Henri et Kaye, 1985 ; Peraya, 1994).

—————

Repéré depuis https://journals.openedition.org/dms/4817#tocfrom1n1