Newsletter #17 – 02 novembre 2015 : les émotions en formation

Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Les émotions en

Que serait un film sans un peu de suspens, d’amour et de rebondissement ? Un vague souvenir qui laisse peu de traces. Il en va de même de la formation. Pour être efficace, marquante et engageante, elle doit, elle aussi, faire usage des émotion, afin de renforcer l’attention et la mémorisation de l’apprenant. Voyage au cœur du centre de nos émotions, notre cerveau.


Storytelling et formation, une belle histoire

StorytellingNous aimons les histoires, les belles histoires, les histoires tristes, les histoires joyeuses, les histoires drôles. Cela fait certainement partie de notre ADN en tant qu’être humain. Des grottes de Lascaux, en passant par la mythologie grecque, à la magie Disney, le fait de raconter des histoires, de toucher l’autre grâce à toute une palette d’émotions, est un vecteur puissant pour faire passer des idées et des concepts. Il est donc logique que storytelling et formation forment un couple qui fonctionne et qui dure. Toutefois, comme souvent en formation, l’histoire racontée doit respectée quelques règles de bon sens, afin d’attendre son but. Certains éléments vecteurs d’émotion doivent ainsi absolument faire partie du scénario : le cadre ou l’intrigue, les personnages, l’événement, le déroulement, le point culminant et bien sûr, le dénouement. Susciter les émotions par le biais d’un « Il était une fois » bien mené permet ainsi d’« enclencher des mécanismes puissants d’attention et de mémorisation. »

(cf. Storytelling : faut-il raconter des histoires en e-learning ?)


Le cerveau, le personnage principal

infométhodeDans ce voyage au centre des émotions, le cerveau a toute sa place de héros. C’est bien sûr grâce à lui et à ses mécanismes que nous sommes en mesure d’apprendre, de retenir, d’apprécier et d’analyser, entre autres. Ce n’est plus un secret, les neurosciences nous permettent aujourd’hui d’avoir une nouvelle vision du cerveau et de sa façon de mémoriser. Ces données essentielles doivent être à l’origine de tout processus de formation, de façon à sortir des mythes et idées reçues qui courent encore sur les modes d’. Aussi, pour une formation plus efficace et qui profite aux apprenants sur la durée, il existe six principes essentiels en neurosciences qui favorisent l’apprentissage : se focaliser sur l’essentiel, répéter l’information, faire bouger les participants, favoriser la stimulation multi-sensorielle et enfin privilégier le visuel.

(cf. 5 principes issus des neurosciences pour favoriser l’apprentissage en formation et 7 idées reçues sur votre cerveau qui limitent votre efficacité)


Motivation, émotion et apprentissage, une fin en suspens

Plutchik-wheel_fr.svg_-295x300Si nous comprenons de mieux en mieux le cerveau humain, il reste encore bien des zones d’ombre et des mécanismes à découvrir et à comprendre. Les neurosciences œuvrent dans ce sens, et nous mènent dernièrement dans une direction passionnante, liée à l’émotion. Ainsi, les émotions ressenties font que nous donnons différents degrés d’importance aux choses qui nous entourent. Entre la raison d’un côté (la cognition froide) et le cœur / l’émotion de l’autre (la cognition chaude), la motivation entre également en jeu. C’est elle qui nous pousse à l’action, en fonction des émotions ressenties. Cela revient à aller d’un « j’aime » ou « je n’aime pas » à un « je veux » ou « je ne veux pas ». Les émotions demeurent toutefois l’étalon de mesure maître. Selon les situations, une émotion comme la peur, pourra par exemple prendre le dessus sur la faim. Si ces réflexions neuroscientifiques peuvent sembler très théoriques, elles ouvrent pourtant « des champs d’exploration de méthodes et de techniques pédagogiques passionnantes ».
(cf. Apprentissage, motivation, émotion : comment apprenons-nous ?)


Recevez notre NewsLetter thématique dans votre boite eMail tous les lundi matin.

 

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous