NewsLetter #05 — 29 juin 2015 : Social Learning

Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Social Learning, clé de réussite du e-learning ?

Le Social Learning a été un peu éclipsé par la vague des MOOC. Pourtant, c’est une des clés de réussite potentielle de la formation digitale. A l’heure où les échanges informels se multiplient sur les réseaux sociaux, le fait d’intégrer les pratiques collaboratives au cours de l’expérience apprenante peut permettre d’améliorer l’engagement des apprenants. Démonstration.


[one_fourth spacing= »yes » last= »no » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]1-Frederic-Domon-360x200

[/one_fourth]
[three_fourth spacing= »yes » last= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Social Learning, apprendre avec les autres

« Le social Learning, c’est tout simplement apprendre avec les autres et grâce aux autres. Il s’agit d’un apprentissage naturel, omniprésent, un apprentissage de collaboration. » Voici la définition que donne Frédéric Domon (cf. Interview de Frédéric Domon par Educalis) de cette notion liée aujourd’hui au e-learning. En effet, si le Social Learning a toujours existé – dans cette idée d’apprendre avec et grâce aux autres – il prend aujourd’hui de nouvelles formes à l’ère du Digital Learning et des réseaux sociaux. Le Social Learning fait également émerger un nouveau constat sur la formation numérique : proposer un apprentissage où l’apprenant se retrouve seul face à la machine se révèle insuffisant. Pour mieux apprendre, l’apprenant a besoin d’être en lien, même virtuel, avec ses pairs.
[/three_fourth]


[one_fourth spacing= »yes » last= »no » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »] apprentissage-social-150x90

[/one_fourth]
[three_fourth spacing= »yes » last= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Social Learning, un meilleur engagement des apprenants

En effet, pour la réussite de l’ensemble des apprenants, il est nécessaire de proposer des mécaniques qui visent à conserver l’engagement des participants. Le Mooc est un bon exemple de cette exigence. S’il représente un formidable outil de transmission de savoir, il doit être accompagné d’une démarche pédagogique qui peut passer par le Social Learning. Efficace pour les apprenants les plus autonomes, il pêche souvent encore à motiver et à conserver l’attention de ceux qui ont besoin de plus de cadre pour s’engager sur la durée. Dès lors, le Social Learning se propose d’être ce levier d’engagement, parce qu’il favorise la collaboration et la participation active des apprenants (cf. Ramener la dimension sociale pour favoriser l’engagement).
[/three_fourth]


[one_fourth spacing= »yes » last= »no » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]linkedin150x90

[/one_fourth]
[three_fourth spacing= »yes » last= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Social Learning, les enjeux

Les enjeux pour le Social Learning comme pour le Digital Learning de façon plus globale demeurent de pouvoir accompagner l’évolution des salariés au sein de l’entreprise. En effet, dans un monde où les métiers changent et évoluent, il est indispensable de garder cette capacité à apprendre tout au long de sa carrière. Il s’agit d’un facteur important d’employabilité et une façon de gagner en compétences. De fait, proposer des solutions de Digital Learning et de Social Learning au sein même de l’entreprise doit permettre à chacun de s’insérer dans cette logique, où en parallèle des formations formelles, un autre type d’apprentissage se met en place par la veille et l’échange sur les réseaux sociaux (cf. LinkedIn et Lynda, le mariage du siècle).
[/three_fourth]


[one_fourth spacing= »yes » last= »no » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]black-and-white-iphone-smartphone-desk

[/one_fourth]
[three_fourth spacing= »yes » last= »yes » center_content= »no » hide_on_mobile= »no » background_color= » » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » background_position= »left top » border_size= »0px » border_color= » » border_style= »solid » padding= » » margin_top= » » margin_bottom= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″ class= » » id= » »]

Social Learning, cas pratiques

Certaines grandes sociétés ont déjà mis cette notion de Social Learning au centre de leurs préoccupations de formation. Ainsi, chez Google, les G2G ou Googlers to Googlers, des ateliers digitaux, permettent une transmission du savoir sociale et digitale entre collaborateurs. Chez Orange, Thierry Curiale, directeur du programme Open Social Learning, a participé à la mise en place de Moocs ouverts aussi bien aux collaborateurs Orange qu’aux personnes lambda désireuses d’apprendre. Aussi, conscient de l’importance de devoir susciter et conserver l’engagement, Orange a privilégié dans ses cours en ligne une « pédagogie centrée sur l’apprenant, les activités et les interactions » (cf. Interview Thierry Curiale, Open Social Learning chez Orange).
[/three_fourth]


Social Learning, pour aller plus loin

Le Social Learning est un levier d’apprentissage très intéressant, permettant d’envisager le Digital Learning sous un angle fondamental, l’interaction. Nous vous proposons d’approfondir ce sujet via un autre canal de discussion complémentaire et justement plus interactif.

Echangeons ainsi via un chat, le 29 juin 2015 de 11 h 30 à 12 h afin d’évoquer de façon plus précise la place du Social Learning dans la formation d’aujourd’hui et de demain.

 


Recevez notre NewsLetter thématique dans votre boite eMail tous les lundi matin.

 

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous